Biographie

Agé d’une douzaine d’années, Gil Reber assiste au concert du groupe d’élèves de son collège. Le batteur y exécute un solo et les 300 camarades présents sont en liesse. Ca y est le virus pour cet instrument, le frappe de plein fouet. La session suivante c’est lui qui reprend la place laissée par ce batteur soliste. C’est depuis lors qu’il sait que cette passion pour la batterie fera partie intégrante de sa vie. Il a été initié par son premier professeur (Denis Progin), lui-même, fer de lance du jazz traditionnel de l’époque et batteur reconnu en Suisse. Il lui cède ponctuellement sa place pour quelques morceaux lorsque Gil va l’écouter. Malgré son jeune âge, Gil se forge une réputation dans le milieu du jazz neuchâtelois. La suite se fera tout logiquement par le conservatoire de Fribourg car à cette époque, c’est la seule section jazz en suisse romande. En parallèle, il saisit les opportunités d’aiguiser ses baguettes avec des artistes et formations s’inscrivant dans une palette de styles pour les moins éclectiques. Au fil du temps, il se liera d’amitié avec le batteur Français, Luc Diabira. Ce dernier le recommande auprès des professeurs parisiens, Emmanuel Boursault et Daniel Pichon, eux même issu de la prestigieuse école Dante Agostini, dont on ne présente plus les méthodes. Nous sommes en 1990. Sous leurs égides, Gil  consolide ses notions théoriques en matière de lecture. Il mesure aussi la rigueur du monde de la musique en dehors de nos frontières. Armé de ses nouvelles bases pédagogiques, motivé et désireux de partager sa passion, il fonde son école à Neuchâtel. Ses locaux verront naître les prémices des batteurs talentueux, futurs ambassadeurs de la musique neuchâteloise et suisse romande actuelle.

 

Parcours et Etudes.

 

Denis Progin (Jazzland, NE) de 1982 à 1985

Férdi Ruegg (Conservatoire de Fribourg) 1985 à 1990

Emmanuel Bousault (Paris) de 1989 à 1990

Daniel Pichon (Institut des arts et des rythmes, Paris) de 1989 à 1990

Finaliste du Bud Best Drummer Contest 1994

Gregg Bissonette 1995

 

Gil  est sélectionné parmi une centaine de batteurs pour Le Bud Best Drummer Contest 1994.

https://www.youtube.com/watch?v=h3oU1pb0aWY

Noté par Gregg Bissonette (David Lee Roth, Toto, Meynard Fegusson), Léonardo (la célèbre méthode Eurodrums), Antonio di léo (EJMA) Lionel Blanc (Sticks Musique). Gil en décroche la première place. Son sponsoring par les baguettes Vater et les Peaux Aquarian prend effet suite à cela.

Sticks Musique à Epalinges. De la batterie en tant qu’instrument c’est tout l’aspect matériel, fabrication, commercial, stratégie maketing, et endorsement, que Gil découvre.

Le drumshop d’Epalinges lui permettra d’échanger l’expérience des  principaux  batteurs et percussionnistes suisse romands. Il a la possibilité  d’avoir des contacts directs avec les créateurs des batteries GMS, les baguettes Vater, les peaux Aquarian,  les cymbales Istanbul, Batteur Magazine… pour ne citer que les plus importants.

Après plus de 5 années de collaboration avec Lionel Blanc, Gil s’en retourne en terre Neuchâteloise, en mettant en œuvre la création de Drums Services à l’aube de l’an 2000. Ses connaissances de l’instrument le mènent à s’occuper de l’entretien des batteries de la Swiss jazz cool de berne l’Ejma de Lausanne, l’école de musique de Pully et St-Légier le conservatoire de la Chaux-de-Fonds, Ton sur Ton.

Après 4 ans d’activité commerciale, le besoin de partager à nouveau sa passion par l’enseignement, devient primordial. il fonde "Drums’cool". S’en suit en aout 2005, la reprise des classes de batterie, de l’Harmonie Militaire de Colombier, (Jack Alain Frank) la fanfare l’Avenir d’Auvernier (Cédric Bellini), Noiraigues, les Verrières (Jean-François Solange). Pour 2008, la Fanfare du Centenaire de Champagne. L’école de batterie et percussion la Boite à Frap’ « BAF » La Chaux-de-Fonds. Et enfin en 2012, C’est au tour de la fanfare du Mt-Aubert de Concise (Christine Sandoz) de solliciter la pédagogie de Gil Reber. Actuellement, près d’une quarantaine d’élèves suivent les cours de Gil chaque semaine.

En parallèle, Gil a toujours été actif. C’est essentiellement en free lance, que l’on a pu l’entendre, se mettant au service de plus d’une centaines d’artistes d’horizons divers, pour leurs projets live ou studio.